Petites indiscrétions autour de Clément Cogitore et de la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson

Petites indiscrétions

clement cogitore

Clément Cogitore dans son atelier

Le monde de l’art ne cesse d’explorer les terrains oubliés ou les aventures impossibles. Clément Cogitore, jeune plasticien alsacien (arts déco et Le Fresnoy) s’est fait connaître du grand public avec son film « Ni le ciel ni la terre », remarqué au Festival de Cannes 2015. Le plasticien avait déjà été remarqué grâce à ses réalisations exposées au Palais de Tokyo, au Moma et autres lieux remarquables de l’art contemporain.

 

 

Alors, quelle surprise nous prépare-t-il ?

Un indice, il projette de faire de la tapisserie. Passer du pixel au fil semble en effet un véritable défi. Clément Cogitore devrait s’associer pour l’occasion à la tapisserie d’Aubusson, incarnée par la Cité internationale de la tapisserie. Ce support avait connu un véritable essor sous Colbert et il demeure dans l’esprit de la plupart d’entre nous lié à une époque depuis longtemps révolue. Que nenni, des artistes contemporains ont déjà répondu à l’appel, avec l’allemand Thomas Bayrle ou le français Mathieu Mercier.

Mais, si le projet aboutit, le premier obstacle étant son financement, il va falloir cogiter fort pour arriver à concrétiser le désir de l’artiste et de la Cité internationale de la tapisserie.

Clément Cogitore a été attiré par une aberration optique appelée flare. Il s’agit d’un halo lumineux qui se forme parfois, et particulièrement avec des capteurs numériques, quand une lumière forte s’impose alors que le processeur de la caméra ou de l’appareil photo effectue un calcul sur une zone sombre.

place Tahrir

En 2011, les caméras filmaient en continu la révolution égyptienne. L’une d’elles braquée sur la place Tahrir un soir a enregistré un flare. Mais, ce dernier avait une forme étrange. Il était vert et ses contours singuliers évoquaient un cavalier sur son cheval en mouvement qui semblait se frayer un chemin à travers la foule en colère. Cette séquence diffusée sur le web est devenue culte et de nombreux internautes du monde entier ont cru y voir apparaître le quatrième cavalier de l’Apocalypse chez Saint-Jean.

Interpellé par ce phénomène né d’un algorithme, Clément Cogitore qui a déjà traité de l’irrationnel, dans les conflits armés, souhaite donc le transformer en une tapisserie qui pourrait avoir les dimensions d’un grand tableau de près de deux mètres sur cinq. Comment va-t-il s’y prendre pour concrétiser son ambition avec le cartonnier (1) et le lissier (2) dans les ateliers de la Creuse ? Là, commence un nouveau mystère…

(1) Le cartonnier peint l’ébauche de la tapisserie

(2) Le lissier est l’ouvrier qui exécute une tapisserie