Dans les coulisses du tournage d’Ivan Messac

Vous êtes-vous déjà demandé comment se passaient nos tournages ? Nous avons décidé de vous faire entrer dans notre univers, nos angoisses, nos doutes mais aussi nos joies, nos rencontres… Ici avec Ivan Messac

ivan-messac-rue-de-charonneSon agent nous donne rendez-vous pour le rencontrer en fin d’après-midi… Dans son atelier au 16 rue de Charonne à Paris. Nous arrivons devant l’immeuble… Nous étions prévenus, pas d’ascenseur… Nous débutons l’ascension en nous demandant comment fait Ivan Messac pour monter tout son matériel… Il nous donnera l’explication quelques minutes plus tard… La sculpture, il la fait dans son atelier à Sens et, pour les cadres des tableaux à Paris, il a compris le principe des pourboires… Revenons à notre premier rendez-vous. Nous sommes accueillis par Ivan et son agent… Ivan plein d’humour et de bonhommie contagieuse nous raconte tous ses débuts en tant qu’artiste… Des minutes passionnantes mais qui défilent sans que nous ne nous en rendions compte… Tout d’un coup, son agent nous ramène à des choses plus terre à terre. Il faut s’organiser pour les tournages… La date est prise et nous nous quittons avec l’assurance que nos films seront vivants et intéressants.

ivan-messac-courMais la dure réalité nous rattrape… Nous allons devoir amener tout notre matériel de tournage tout en haut de l’immeuble. Peu importe, le jeu en vaut la chandelle. Ivan Messac est tellement intéressant, plein d’anecdotes et il nous fait rire sans cesse… Il nous passe sa musique à lui, notamment les vieilles chansons italiennes, il ne résiste pas à l’envie de faire quelques pas de danse pendant que nous changeons nos cameras et nos lumières de place… Eh oui plusieurs vidéos il faut trouver plusieurs cadres, le fond adapté, la bonne lumière… devant ses toiles dans son atelier et dans son bureau… Il est prêt à tout partager avec nous, même les tours de magie qu’il connaît… Le midi, il nous emmène dans son QG, le restaurant dans lequel il se sent comme chez lui, juste en face de son atelier. Il nous y présente l’une de ses collectionneuses que nous allons aussi interviewer. On sent tout de suite la complicité entre ces deux là… La passion ! Ca se sent, c’est inexplicable… Et après un bon déjeuner et un verre de vin, pas question de faire la sieste, nous retournons tous pour le tournage chez Ivan… Les enregistrements s’enchaînent dans la bonne humeur et avec efficacité… La journée se termine… Nous rangeons notre matériel et repartons avec des heures et des heures de rush pour des vidéos de quelques minutes seulement…

ivan-messac-montageNous avons décelé l’immense travail de post-production qui nous attend pour synthétiser et écrire une histoire dynamique… Mais qu’importe, nous sommes récompensés en lisant les remerciements d’Ivan quand il reçoit nos vidéos et en apprenant les commentaires de tous ceux qui les ont visionnées, du studio 13/16 au centre Pompidou, jusque sur Internet, en passant par les galeristes. Alors, n’est-ce pas la plus grande des satisfactions. Et nous avons découvert un homme extraordinaire en la personne d’Ivan.